L'avenir du club dépend du bon vouloir de la FFS : Le suivi

13-01-2012 à 21:53:27
Bonjour,

Pour ceux qui n'ont pas eu l'information, voici quelques news concernant la politique 'humaine' et 'sportive' de notre fédération.

Depuis quelques années la fédération impose aux clubs, d'être club affilié pour participer à des compétitions :
organisation de tournoi Open et participation au championnat organisé par la ligue (IDF en ce qui nous concerne).

Il est bon de savoir, qu'en plus de payer une licence (42 euro par personne), le club paye une inscription pour chacune de ses équipes.........150 euro par équipe environ.
Chose qui est normal, jusque là............mais........

La FFS impose à tous les clubs et associations d'avoir un nombre 'minimum de licenciés pour être CLUB AFFILIE.
Ce 'minimum' dépend du nombre de terrains du club mais il est à la carte. D’après la FFS, cela dépend e la 'bonne volonté' du club affilié
Il est évident que ce nombre ne peut pas être atteint par des petites associations comme la notre.

En cas de non respect de cette règle, le club est interdit de compétition à domicile. Tous les matchs joués à domicile sont considérés comme perdus par forfait 5-0

Notre président, s'est battu auprès de la ligue et de la fédé pour expliquer notre cas. Le débat à été houleux. Un compromis, a été trouvé afin que le club s'engage à avoir 55 licenciés. Il s'agit tout simplement d'un racket, car les 15 licenciés qu'il manquait sont en fait des prêtes noms et non des joueurs de squash.
L'année prochaine, la FFS va nous demander combien de licenciés 70 100 120 ???
De plus, par cette politique, les pseudos joueurs sont inscrits sans certificat médical. Mais il ne faut pas le dire, car sinon la licence ne peut pas être accordée. Et quand on touche au portefeuille de la fédé, ils ne sont pas contents. Ils veulent leur argent


Les clubs et associations avaient jusqu’au 30 novembre pour 'régulariser' leur situation.

Certains club sont dans l'impossibilité d'avoir un nombre suffisant de licenciés. Ce n'est pas aux joueurs amateurs d'une équipe lambda de partir à la pêche aux nouveaux licenciés !!


Situation actuelle :

4 équipes (sur 9) de la poule 4D où évolue notre équipe 2, ont vu tous leurs résultats de leurs matchs à domicile annulés et considérés comme perdus 5-0 par forfait.
Le classement est chamboulé et ne veut plus rien dire.
Le moving qui était premier, se retrouve avant dernier Du grand n'importe quoi.

De plus la FFS revient sur les règles annoncées en début de championnat, car seuls les matchs après la date limite de mise en conformité devaient être perdus 5-0. Hors elle a annulés tous les matchs depuis le début de la saison.

Les points individuels marqués lors des matchs 'annulés par la FFS' sont pour l'instant eux conservé. On sent bien la cohérence des décisions de la FFS !

Le ridicule n'a pas de limite. Quand 2 équipes non 'affilées' se rencontrent. Celle qui se déplace gagne 5-0 par forfait, et au match retour, c'est l'inverse. Chapeau bas aux personnes qui ont pondu ce règlement :

IL EST TEMPS DE RÉAGIR ET DE REFUSER DE SE SOUMETTRE A CETTE DICTATURE INJUSTE

Le club de Brest a porté plainte devant le CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français)
Le moving de Corbeil a écrit à la FFS pour dénoncer cette attitude et demander à revoir cette position de dictature insupportable et injuste.

Le mail envoyé à la FFS se trouve dans le post suivant.

Étant en copie de ses échanges de mail, je mettrai la suite des échanges au fur et à mesure.

A noter que certains capitaines des équipes d'IDF réagissent et pensent à mener de front un combat pour que la FFS revienne à une solution plus consensuelle.



  • Liens sponsorisés



13-01-2012 à 21:54:15
LE MAIL DU MOVING CORBEIL ESSONNE

Corbeil le 12/01/12

Les membres de l’association "Squash des Bords de Seine"

à Mesdames, Messieurs les dirigeants de la Fédération Française de Squash


Objet : Refus de Convention Club Affilié

Mesdames, Messieurs,

C’est avec une grande tristesse et consternation que nous avons appris que le Moving Club de Corbeil vient de perdre sa Convention de Club Affilié auprès de la Fédération Française de Squash sous prétexte que le Moving Club n’avait pas atteint son objectif en terme de délivrance de licences, autrement dit n’avait pas vendu assez de licences. Le Moving Club de Corbeil n’est donc plus en mesure de recevoir les matchs joués à domicile par l’équipe de notre association « Squash des Bords de Seine » et tous nos matchs joués à domicile ont été déclarés forfaits reléguant notre équipe de la première à l’avant-dernière place du championnat (Poule 4D). Nous sommes très inquiets quant à la poursuite du championnat de ligue d’ile de France dans lequel notre équipe est engagée comme au cours des 8 ou 10 années précédentes. En effet, beaucoup de structures ou terrains de squash accueillant les équipes engagées dans ce championnat fonctionnent un peu comme le Moving Club et n’auront probablement pas licencié assez de joueurs pour pouvoir conserver leur Convention Club Affilié. Il s’agit d’une véritable prise en otage des équipes et/ou associations par la Fédération Française de Squash pour essayer d’infléchir la position des structures possédant des terrains de squash sous le seul prétexte de vendre des licences et nous sommes profondément révoltés par cette attitude de la FFS. D’ailleurs les seuls que vous pénalisez et découragez par ces mesures arbitraires et injustes sont justement ceux qui jouent le jeu (au propre comme au figuré) en participant à la compétition amateur et en étant licencié.

Que propose la Fédération Française de Squash pour solutionner le problème si les structures nous accueillant ne peuvent vendre plus de licences ou ne veulent pas contraindre des pratiquants occasionnels à se licencier ? Ah oui de se rapprocher de structures affiliées !!! Les structures ne proposant que du squash et imposant des licences à la majorité de leurs pratiquants ne sont pas nombreuses dans la région parisienne, sont déjà surchargées et ne voient pas non plus forcément d’un très bon œil de réserver plusieurs courts pour la participation à la compétition. Alors que proposez-vous ? Allez vous subventionner la construction de nouvelles salles de squash hors de structures privées ? Ne croyez vous pas que c’est l’effet inverse qui risque de se produire à savoir la disparition des salles de squash des structures multisports privées ou leur fermeture à la compétition. Que ferez-vous alors ?

Nous nous interrogeons sur les motivations qui justifient une telle attitude de la Fédération Française de Squash. Le besoin de reconnaissance par l’état qui attribue les subventions et les postes de cadre, le souhait de disposer de davantage de fonds et de voir le Squash devenir sport olympique doivent probablement être à l’origine de cette volonté d’augmenter à tout prix le nombre de licenciés. Néanmoins nous pensons que cette attitude est néfaste pour le squash et son image et qu’elle risque de porter un coup fatal à la compétition « amateur ». Le but d’une Fédération n’est-il pas de promouvoir le développement du sport et de la compétition y compris au niveau amateur ? Croyez vous sincèrement qu’en privant les associations et équipes de squash de lieux de pratique affiliés à la FFS vous allez encourager la pratique de la compétition et le regroupement de joueurs aux seins d’associations ? Bien au contraire cette décision risque fort de démotiver plus d’un compétiteur amateur (déjà pas si nombreux) et de diminuer la visibilité du squash au yeux du public (Eh oui quand on joue en championnat de ligue, il n’est pas rare de voir des adhérents au Moving complètement étrangers au squash s’enthousiasmer et se renseigner sur la possibilité de pratiquer le squash au Moving).

Néanmoins ce n’est pas parce qu’un adhérent au Moving (ou de tout autre structure commerciale multisports) souhaite jouer une dizaine de fois au squash dans l’année qu’il souhaite se licencier à la Fédération Française de Squash. La souscription d’une licence matérialise l’appartenance de l’adhérent à une fédération et à ce titre le choix de prendre ou ne pas prendre une licence est un choix personnel et ne doit en aucun cas être imposé par une fédération quelle qu’elle soit. Aucune autre fédération n’impose d’ailleurs la souscription d’une licence à ses pratiquants hormis à ceux qui pratiquent au sein d’une association sportive affiliée (il ne faut pas confondre association sportive affilée et structure d’accueil affiliée). Il arrive d’ailleurs à beaucoup d’entre nous (tous détenteurs d’une licence compétition de squash) de jouer occasionnellement au Tennis de Table, au Tennis et au Badminton au Moving Club sans qu’on soit pour autant obligés de prendre une licence dans ces sports. Imaginez le coût pour les adhérents !!!

La Fédération Française de Squash rêve probablement de compter autant de licenciés que la Fédération Française de Tennis avec plus d’1 million de licenciés. Mais pour cela il faudrait que le nombre de courts de squash soit multiplié par 20. Diminuez de 95 % le nombre de courts de Tennis en France pour le ramener au nombre de courts de Squash (32500 courts x 5 % = 1625 courts ce qui doit être proche du nombre de courts de squash en France) et toutes proportions gardées ce n’est plus 1 million de licenciés à la FFT que vous pourrez comptez mais seulement 50 000. Il faut également tenir compte du fait qu’environ 70 à 80% des courts de squash sont privés en France ce qui modifie la façon d’aborder la pratique de ce sport par rapport à d’autre comme le Tennis. Encore un exemple frappant, le nombre de licenciés à la Fédération Française de Ski a chuté de 1 million en 1986/1987 à 140 000 licenciés en 2010 alors que le nombre de pratiquants n’a cessé de croître pour atteindre environ 7 millions de pratiquants (seulement 2% de licenciés actuellement). Cette énorme chute du nombre de licenciés traduit un changement général des pratiques sportives et on n’est pourtant pas obligé de se licencier pour skier pas plus que pour pratiquer la randonnée ou le cyclisme… Avec ses 30000 licenciés pour 300000 pratiquants (soit 10%) la Fédération Française de Squash n’est finalement pas si mal placée en terme de pourcentage (et c’est ce chiffre qui est important, certes peut être pas en terme de recettes !!!).

Plutôt que de vouloir imposer une licence à un nombre limité de pratiquants, une politique plus avisée pourrait consister à augmenter le nombre de pratiquants et sensibiliser ces pratiquants au rôle de licence (le nombre de licenciés « volontaires » augmentant proportionnellement). Mais pour cela il faudrait améliorer l’image de la pratique loisir du squash en France et augmenter le nombre de courts de squash qui font cruellement défaut dans certaines régions et en tout cas ne surtout pas conduire à la fermeture de ceux qui existent actuellement.

Si la Fédération Française de Squash ne changeait pas rapidement et radicalement de position à propos de l’affiliation des structures d’accueil, nous serions contraints pour des raisons morales et matérielles de poursuivre la compétition comme si de rien n’était (déstructurant et dévalorisant ainsi le championnat auquel nous participons) et nous reconsidérerions très sérieusement notre participation aux prochains championnats ainsi que notre souscription à la licence pour l’année prochaine. Si d’autres que nous ont la même démarche, l’effet obtenu par les mesures prises (à savoir désaffection de la compétition amateur et non renouvellement de la licence pour 2012-2013) risque d’être, à notre grand regret, bien différent de celui escompté.

En espérant que ces quelques réflexions vous fassent prendre conscience de l’état d’esprit des pratiquants licenciés et infléchissent votre position.

Cordialement,

Les membres de l’association « Squash des Bords de Seine » hébergée par le Moving Club de Corbeil
13-01-2012 à 21:56:15
REPONSE DU DTN...........

Cher Monsieur,

nous avons bien pris en considération vos remarques, analyses du sport français et vos propositions auxquelles nous n'avions pas encore réfléchi et nous allons essayer de devenir intelligent pour sauver le squash national.

Cordialement

Jacques LAGRANGE
Directeur Technique National
FEDERATION FRANCAISE DE SQUASH
2,rue de Paris
94100 SAINT MAUR DES FOSSES
Tel : 01.55.12.34.90
Fax : 01.55.12.34.91
dtn@ffsquash.com
www.ffsquash.com
13-01-2012 à 22:00:45
REPONSE D'UN LICENCIE AU DTN


Monsieur,

Nous ne pouvons qu'apprécier au plus haut point autant de méprise de la part des hautes instances de notre sport.

Nous ne sommes effectivement que des amoureux du squash, des amateurs qui passent une bonne partie de leur temps libre à promouvoir, à notre humble niveau, notre sport, dorer son blason, et essayer d'y attirer le plus grand nombre sans rien en attendre en retour que le plaisir de partager, avec coéquipiers et adversaires de sportifs moments de partage.

Si votre position vous accorde des droits, elle vous impose surtout un certain nombre de devoirs, au premier rang desquels me semble figurer le respect de vos licenciés.

"L'intelligence incite à la réflexion - et la réflexion conduit au scepticisme.
Le scepticisme, lui, vous mène à l'ironie.
L'ironie, à son tour, vous présente à l'esprit - qui se trouve en apport direct avec l'humour - qui fait si bon ménage avec la fantaisie."

Manifestement, vous êtes passé directement à l'ironie. Votre mail mentionne l'intelligence, je ne peux qu'espérer, qu'à l'avenir, ça vous amène à ne pas sauter les étapes.

Arnaud Prades,

Un licencié ravi d'être pris pour un abruti!
13-01-2012 à 22:03:23
MESSAGE DU PRESIDENT DU CLUB DE FRANCONVILLE


Bonjour,


Je suis le président du club de Franconville et je suis soutien cette contestation, je suis aussi dans le même cas……poule 4B
Mais je souhaite rajouter un complément, il y a deux façons de gérer un problème :

-En contention : c’est ce que la fédération a mis en place……une règle fixe qui pénalise notre sport.
-En extension : se laisser 2 ans (délai raisonnable) pour rencontre toutes les villes qui ne jouent pas le jeux et
en parallèle ne pas sanctionner bêtement les clubs car je rappel à tous les dirigeants ffs qu’une association c’est avant tout du bénévolat.

Et enfin, vous prenez le risque de la naissance d’une nouvelle fédération (sans ceux qui la dirige actuellement) comme cela arrive quelquefois.....

Un président en colère et vraiment déçu par votre manque d’organisation.

Eric Lo Négro
13-01-2012 à 22:06:08
REPONSE DU PRESIDENT DE LA CSN AU PREMIER MAIL DU MOVING

Bonjour à tous,

Je ne répondrai pas à l'ensemble de ce mail, mais juste à son début, indiquant la mesure des sanctions.
Le club de Moving avait signé un protocole avec la ligue IdF ayant pour échéance le 30 novembre 2011, et à cette date l'objectif n'étant pas atteint, la CSN a demandé à la Ligue d'IdF de déclarer les rencontres ayant lieu au Moving de Corbeil à partir du 1er décembre, comme perdu, soit une rencontre ( le 1er décembre 2011 ).

Cette demande de la CSN étant en complet accord avec les éléments liant la FFSquash, la Ligue IdF et le club de Moving.
Affiliation de la structure valable jusqu'à l'échéance du protocole : 30 novembre 2011
Respect des résultats de l'association lors des rencontres au sein de structures affiliées ( "a l'extérieur" ).

Merci
Emmanuel RICHARD
Pdt de la CSN
13-01-2012 à 22:07:42
REPONSE DU MOVING AU PRESIDENT DE LA CSN

Monsieur le président de la CSN,

Si nous comprenons bien le contenu de votre mail, en cas de non atteinte de l'objectif minimal annuel de 60 licences défini ou de l'objectif intermédiaire au 30 Novembre 2011, les sanctions (que nous contestons toujours car sanctionnant bien davantage notre association que la structure commerciale nous hébergeant), a savoir perte de la convention club affilié rendant ainsi les matchs a domicile de notre équipe "hors la loi" donc forfaits, débute au 1 Décembre 2011 comme indiqué effectivement dans le courrier adressé par Maryse Degardin (DTN adjointe à la FFS en charge du dossier ) au Moving Club de Corbeil; " Au 30 Novembre 2011, un état des licences dans votre structure permettra de constater l'atteinte de la première partie de cet objectif. Jusqu'a cette date vous pourrez fonctionner comme tout club affilié"

Comme vous l'avez si justement mentionné dans votre mail, cette sanction ne devrait donc affecter qu'une seule rencontre disputée a domicile après le 30 Novembre 2011 (celle du 1er Décembre 2011 contre Verrières 3) "à cette date l'objectif n'étant pas atteint, la CSN a demandé à la Ligue d'IdF de déclarer les rencontres ayant lieu au Moving de Corbeil à partir du 1er décembre, comme perdu, soit une rencontre ( le 1er décembre 2011 )"

Alors pourquoi l'ensemble des rencontres que nous avons disputées à domicile (et remportées) depuis le début de la saison à t-il été déclaré perdu (rencontres du 13/10, 20/10, 3/11, 17/11, 24/11 toutes jouées a domicile )? cf ci-dessous une copie du tableau des résultats du critérium idf modifiés après la sanction.
Dysfonctionnement de la FF Squash ou rage de punir ? Difficile de rester motivé pour la suite de la compétition dans de telles conditions !

Nous exigeons donc les excuses de la FF Squash, la réparation immédiate de ce préjudice et la prise en compte de nos victoires réalisées a domicile jusqu'au 30 Novembre 2011.

Cordialement

Les membres de l'association "Squash de Bords de Seine" hébergée par le Moving Club de Corbeil
13-01-2012 à 22:12:25
14-01-2012 à 13:26:01
MESSAGE DU CLUB DE VERRIERE LE BUISSON A LA FFS

Bonjour,

Je trouve également anormal de pénaliser les équipes qui sont souvent en rien responsable des décisions des clubs qui les accueillent. Les joueurs des équipes, en règle générale, paient une cotisation pour jour ou la location des courts et une licence fédérale et par conséquent sont en règle avec la fédération et la ligue. La fédération pénalise aujourd'hui les clubs dont le nombre de licenciés est trop faible, mais en revanche ne se penche pas sur la qualité des installations proposées, plancher, murs, température sur les courts en hiver, ce qui serait beaucoup plus judicieux afin que les compétitions se déroulent dans les meilleures conditions. Loin de moi l'idée de sanctionner ces clubs, mais plutôt de les aider à trouver des solutions permettant de résoudre leurs problèmes.

Notre club a depuis plusieurs années imposées licence compétition ou squash pass et certificat médical à tous ses joueurs. Le résultat fut une baisse de 30% de chiffre d'affaires. Sans le soutien d'une poignée de bénévoles qui tous les jours se relaient pour ouvrir le club, promouvoir le squash et permettre à un maximum de joueurs de pratiquer notre sport dans des conditions satisfaisante et à un tarif abordable, notre club aurait disparu à ce jour. Le résultat pour la ligue aurait été la disparition de trois équipes et pour la fédération la perte de plus de 200 licences annuelles. Pourtant, nous persévérons dans notre choix et notre action et depuis septembre accueillons gracieusement le pôle espoir.

En conclusion, plutôt que de sanctionner des joueurs et équipes qui ne sont en rien responsable, il serait plus judicieux de proposer des solutions pour améliorer la situation et de réintégrer au plus vite les équipes dans le championnat.

Pierre Ducrot
Trésorier Squash Verrières


16-01-2012 à 20:13:40
DES INFOS D'UN JOUEUR DE LISSE QUI TRAVAILLE A L'EQUIPE

Bonsoir à tous,

Suite à mon mail de vendredi aux responsables de la fédé dont Cyrille m'avait fait parvenir les coordonnées, j'ai reçu un mail du DTN Mr Lagrange me demandant de prendre contact avec lui (c'est dingue que le nom L'Equipe fasse autant réagir !!!).
Je viens de l'avoir longuement au téléphone, il a pu m'expliquer la position de la Fédé et les raisons qui les ont pousser à agir de la sorte.
J'ai pu lui exposer nos problématiques de petite association utilisant une structure commerciale (Le Léonard ou le Moving). Je ne vais pas rentrer dans le détails ici, mais c'est finalement cela le nerf de la guerre ...
Il m'a indiqué que son adjointe Mme Degardin avait prévue d'organisé rapidement une réunion avec les capitaines, il m'a convié à y participer. Si vous sentez que ma présence peut être utile, je ferais le maximum pour me libérer.

De mon entretien téléphonique ou je lui est exposé que les dindons de la farce dans cette affaire était les licenciés et pas la structure commerciale, ce dont il a convenu, il m'a laissé entendre qu'ils avaient une marge de manœuvre pour étudier le cas de chacun.

Il m'a aussi confirmé que certaines personnes du Moving avait limite insulté Mme Degardin, ce qui n'est pas très bon pour notre cause assurément, mais je comprends aussi la crispation que cela peut engendrer de notre coté.

Bien cordialement.


Hugues (membre des tigres de Lisses)



16-01-2012 à 20:57:56
MAIL DU MOVING

Bonjour,

J'ai contacté madame Degardin il y a environ une semaine ou 10 jours. J'ai dans un premier temps été surpris par sa disponibilité puis par le mur d'incompréhension auquel je me heurtait mais je n'ai en aucun cas été impoli avec madame Degardin (et encore moins insulté ). D'ailleurs notre conversation a durée par moins de 35 minutes et je penses que la conversation aurait tourné court bien avant si j'avais été grossier ou injurieux. En revanche elle n'a pas cessé de répéter que c'était de notre faute ce a quoi je lui ai répondu qu'il ne fallait pas qu'elle généralise de la sorte et qu'elle se trompait de cible puisque nous étions tous adhérents d'une association et jouions le jeu fédéral au maximum en étant licencié et en participant aux compétitions régionales et que c'était nous les "dindons de la farce". Je penses simplement que notre démarche dérange beaucoup les petits arrangements des dirigeants de la la fédération de Squash et qu'ils se retranchent derrière de faux arguments hors du contexte et des faits. En revanche la réponse du DTN Mr Lagrange a un de mes mails (voir le mail du DTN plus haut) fait preuve d'une grande immaturité pour un DTN , et traduit un manque d'argumentation flagrant, réponse à laquelle je n'ai bien évidemment pas réagi.



Pour vous montrer qu'il n'est pas dans mes habitudes d'être incorrect pas plus a l'oral avec Madame Degardin que dans mes courriers avec la FF Squash et pour que vous aillez tous les éléments en main je vous fait suivre tous les mails que j'ai envoyé a la FFSquash. Je peux même vous dire que je suis peut être un des plus modéré et un de ceux de notre association qui comprend le mieux les contraintes des fédérations, puisque je suis moi-même moniteur fédéral bénévole de plongée , moniteur fédéral bénévole d'aviron et ancien capitaine de notre équipe de Squash et bien sûr licencié auprès de ces 3 Fédérations. Mais dans aucune autre fédération je n'ai vu de telles pratiques arbitraires et injustes pour "vendre" de force des licences.
J'ajouterais pour terminer que d'ailleurs la seule obligation qui est faite aux structures possédant des terrains de Squash pour pouvoir recevoir la convention club affilié à la FF Squash et concernant la délivrance des licences est renseigné dans l'article 3 du modèle de convention club affilié sur la page suivante

http://www.ffsquash.com/structures-federales/les-clubs-affilies/


"3-1 Licencier ses pratiquants
Le "club affilié devra mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour atteindre l'objectif suivant :
1 joueur = 1 licence
A cette fin il s'engage a présenter et promouvoir les avantages et les spécificités propres aux différentes licences fédérales a tous ces pratiquants. "


La seule obligation a laquelle s'engage la structure est donc une obligation d'affichage et d'information, ce qui est chose faite au Moving club de Corbeil et j'invite des représentants de la fédération a venir contrôler .

Quoiqu'il en soit, il est évident que votre présence peut être utile (comme vous l'avez fait remarquer le simple fait d'évoquer l'équipe fait réagir) et je vous remercie de votre participation.

Cordialement

Alain SUREAU
(représentant des adhérents de l'association "Squash des Bords de Seine" hébergée au Moving Club de Corbeil)




18-01-2012 à 18:50:47
MAIL DU MOVING AUX CAPITAINES DES EQUIPES DU CRITERIUM IDF

Bonjour à tous,

Vous n'êtes pas sans savoir que de nombreux clubs affiliés ont été sanctionné par la Fédération Française de Squash parce qu'ils n'avaient pas vendus assez de licences et ont ainsi perdu la convention Club Affiliée.
La conséquence de cette sanction appliquée par la FF Squash a des structures privées est que de nombreuses équipes de Squash organisées en association et dans lesquels tous les joueurs sont licenciés ne peuvent plus jouer leur matchs a domicile sous peine de voir leur rencontre considérée comme perdue.
C'est ce qui arrive actuellement a notre équipe initialement première du critérium d'île de France et qui, suite a ces mesures arbitraires et injustes, se retrouve classée avant dernière. Ceux qui payent les pots cassés de cette manoeuvre c'est justement nos joueurs qui jouent le jeu au propre comme au figuré en étant licencié et en participant à la compétition.
Dans notre poule 4D cela concerne environ la moitié des équipes engagées dans le critérium. Et encore il semblerait que certaines équipes aient finalement réussi a conserver leur Convention Club Affilié en achetant auprès de la FF Squash, des licences bidons ou virtuelles c'est a dire sans réel joueur derrière.
La diminution du nombre de club affilié entrave évidement la poursuite correct du critérium d'île de France et la compétition, unique motivation pour prendre la licence pour certains de nos joueurs. Comment voulez faire jouer le Jeudi la totalité des rencontres sur moitié moins de courts. Et ne parlons pas des cas ou les 2 équipes devant se rencontrer ont toutes deux perdu leur convention. Allons nous réellement trouver un Club Affilié à proximité qui nous permette de jouer notre rencontre sans surcoût financier ? C'est pourtant la seule solution que propose la FF Squash après de mûres réflexions !!

Non comptant de pénaliser uniquement les matchs joués a domicile après échéance de la date butoir pour réaliser "l'objectif" de vente de licences (ce que semblait demander la FF Squash) la Ligue d'Ile de France de Squash a été plus loin en considérant perdu l'ensemble de nos rencontres disputées et remportées a domicile. Si bien qu'au lieu de déclarer perdue une seule rencontre elle a cru bon d'en déclarer 6 perdues ce qui explique notre rétrogradation à l'avant dernière place du criterium. Nous vous invitons donc a contrôler, si vous êtres dans le même cas, que seule les rencontres disputées à domicile après l'échéance de l'ultimatum de ventes de licences ont été sanctionnées.

D'autre part si l'on y regarde un peu plus près la seule obligation à laquelle s'engage le Club qui veux obtenir sa Convention de club affilé en terme de licences (cf formulaire convention club affilié) est une Obligation d'affichage et d' information dans le but d'atteindre un hypothétique objectif de 1 joueur = 1 licence . Le fait que "les Clubs affilié doivent impérativement licencier chacun de leurs membres adhérents et clients" est d'ailleurs totalement contradictoire avec une autre phrase des statuts de la FF Squash mentionnant (Titre II: La licence) que la "licence marque une adhésion VOLONTAIRE de son titulaire a l'objet social ainsi qu'aux statuts et règlement de la FFSquash". Si un club devait obtenir 100% de licenciés cela ne serait plus de l'obligation de moyens comme indiqué mais de l'obligation de résultats et la souscription d'une licence ne serait alors plus un acte volontaire de son titulaire.

Le Président de la Ligue d'Ile de France de Squash a proposé aux capitaines de participer à une réunion LUNDI 23 JANVIER 2012 à 20h au club de VINCENNES pour débattre de ce problème. Mis à part le fait que la Ligue d'Ile de France de Squash semble totalement débordée par la situation et ignorer les statuts d'une association, car seul les présidents de ces associations ont un pouvoir reconnu le rôle des capitaines se résumant à l'organisation de l'équipe et des rencontres, cela semble une bonne occasion pour faire entendre nos arguments et exposer quelle serait notre position pour cette année et les années a venir si ces mesures injustes n'étaient pas abandonnées au plus vite.

Capitaines mais aussi et surtout Présidents des associations de Squash d'Ile de France, venez nombreux a cette réunion Lundi 23 Janvier à 20h00 au club de Vincennes pour montrer que la désapprobation n'est pas isolée mais générale et que les associations sont unies . Il n'y a que si nous sommes unis et sur la même longueur d'onde que nous aurons une chance de faire bouger les choses.

Voici une liste non exhaustive des actions envisageables rapidement entendues a droite et a gauche:

- Refuser tout d'abord de participer a ce jeu trouble consistant à déclarer des licences virtuelles (bidons) pour être "réintégré"

- Informer les médias (L'Equipe, les journaux, les chaînes TV, les radios) sur la dictature de la FF Squash

- Trouver un forum internet ou un canal de diffusion pour communiquer à TOUS les capitaines d'IDF (voir plus)

- Porter tous plainte au CNOSF contre la FFS (comme l'ont fait les clubs de Brest et du Stade Français mais pour lesquels l'issue de la conciliation est ambiguë )

- Se mettre d'accord en refusant tous de remplir squashnet jusqu’à ce que la FFS réintègre toutes les équipes.

- Mentir à la ligue en disant qu'on joue à domicile dans un club associé (lequel ?)

- Trouver un club affilié où jouer nos matchs "à domicile" : Cela implique 9 dates par an et par équipe. Inconvénients : Pas le sentiment de jouer à domicile. Où ? Il faut trouver un club pas loin et réserver d'avance pour l'année. Sur-coût financier.

- Continuer à jouer comme de rien n'était, en tenant à jour un classement parallèle avec les VRAIS résultats. Nécessaire mais non suffisant car ce n'est pas ça qui va faire changer d'avis la FFS


Et pour l'année prochaine menacer si les mêmes mesures devaient être appliquées de:

- Désengager l'association ou l'équipe de la compétition en critérium ( non renouvellement de la convention Association affiliée), non reprise de la licence et organisation d'un championnat parallèle.

- Demande de la Convention Club Affilié par un seul club par Poule (celui qui rempli le mieux les conditions en terme de délivrance de licences) et rattachement de toutes les associations ou équipes a cet unique Club affilié par Poule. Conséquences: Casse tête pour la ligue pour organiser les rencontres. Après on joue ou on veux et on déclare les matchs réalisés dans l'unique club affilié.

L'avenir de votre association et de la poursuite du critérium est entre vos mains. Venez défendre votre position Lundi soir.

Sportivement

Les membres de l'association "Squash des Bords de Seine" hébergée au Moving Club de Corbeil



19-01-2012 à 19:01:18
19-01-2012 à 19:07:01
MAIL DU PRESIDENT DE LA LIGUE IDF

Bonjour Messieurs,

Depuis la rentrée de septembre 2011, dans le cadre de sa dynamique de développement,
la Fédération impose aux clubs affiliés de tout mettre en œuvre pour licencier leurs pratiquants.

Certains clubs refusant de mettre en place une "politique de licences" en faveur de leurs pratiquants "loisir"
se sont donc exclus d'eux-même du système fédéral.
Les conséquences sportives du choix volontaire de ces clubs, conduisent à la suppression de vos résultats
réalisés dans votre club hôte non affilié, ainsi que certaines performances individuelles pour le classement.

Je vous précise tout d'abord que votre appartenance à une association vous permet toujours de participer aux compétitions
et donc que, comme certaines équipes qui n'avaient pu solutionner leur problème de domiciliation dans un club affilié,
vous pouvez toujours trouver un club d'accueil affilié pour vous accueillir ou demander à vos adversaires,
en les prévenant à l'avance, de vous héberger pour les rencontres devant s'effectuer dans votre club de rattachement théorique.

Ayant bien conscience des difficultés que vous rencontrez, je vous propose une réunion autour d'un pot :
Lundi 23 janvier à 20H00 au club de Vincennes
avec les responsables de la Ligue en présence d'un représentant de la Fédération.

Je vous remercie de me confirmer votre présence par retour de mail afin d'organiser au mieux ce rendez-vous.

Cordialement



19-01-2012 à 20:58:50
MAIL DE LA PRESIDENTE DE AS SQUASH 95

Bonjour à tous,

Non, je ne sais pas que la FFS a refusé la convention club associé à certains clubs hôtes. J’ai lu le formulaire à remplir par les clubs pour être considérés comme clubs hôtes auprès de la structure fédérale et j’ai bien noté que c’est aussi sur l’avis du Président de la Ligue que la FFS accepte ou pas la convention. Je sais que c’est aussi une démarche volontaire de la part du club, je n’ai lu nulle part que la FFS obligeait les structures à s’affilier.

Heureusement quand même pour le squash français et francilien en particulier, il y a plus de clubs associés et d’associations affiliées – donc dans les clous – que d’autres.


Je ne comprends pas qu’en janvier on soit obligé de discuter de ce genre de choses !!!
- Club associé : retour de la convention signée avant le 15 juin 2011 pour la saison 2011-2012
- Association affiliée : document à retourner en juillet au plus tard pour la saison suivante
- Inscriptions des équipes au Critérium Ile de France : cette saison – le 6 septembre 2011. Dans ledit document, il est demandé à l’association de bien vérifier que tout est en règle : affiliation, licence compétition des joueurs concernés ET homologation et affiliation du club hôte.

Dans ce cas, où est le problème ? pourquoi est-ce qu’en janvier la majeure partie de la poule 4D soit en dehors du règlement ?

Je suis présidente de l’AS Squash 95 depuis 4 ans seulement. Mon engagement dans la vie associative et dans le monde du squash est récent mais depuis toute petite, on m’a appris à respecter les règles. Et c’est applicable pour tous les domaines y compris le sport et le squash en particulier. J’ai l’impression qu’il y a dans le squash une culture du « on s’arrange comme on veut, on fait comme on veut »…bah non !

Quand vous disputez une compétition fédérale, il y a des règles à respecter – simples – comme par exemple l’ordre des matches, être licencié fédéral, avoir un certificat médical... Quand vous faites de la compétition et que vous prenez une licence fédérale, vous ne faites pas de la « compétition amateur » comme j’ai pu le lire sur un email précédent. On fait de la compétition ou du loisirs mais pas un mélange des deux.

Vous avez engagé une équipe (ou plusieurs) dans une compétition fédérale, vous devez respecter les obligations de cette compétition fédérale.

A Squash 95, nous avons 10 équipes en Critérium…. 10 ! 8 chez les hommes et 2 chez les femmes. Que se passe-t-il si nous nous mettons à faire n’importe quoi ? ne pas licencier les joueurs, ne pas renvoyer l’affiliation ? ne pas avoir de courts disponibles pour accueillir les équipes rencontrées ?

Nous avons tout mis en œuvre et travaillons de concert avec notre club hôte pour que tout soit ok. Pourquoi devrions-nous , NOUS, être pénalisés parce que vous n’êtes pas en accord avec le règlement ? la compétition est organisée sous le couvert de la ligue Ile de France et sous l’égide de la F.F. Squash. Pourquoi devrais-je prendre beaucoup de temps à faire le nécessaire au niveau administratif si je trouve en face de moi des personnes qui ne respectent pas le minimum d’engagement ?

Cette convention n’est pas nouvelle… si vous participez à la compétition depuis qq années déjà, ceci n’est pas nouveau pour vous – ni pour le club hôte – SAUF….si le club n’a jamais rempli sa mission de « partenaire ».

La FFS demande à ce qu’on tende vers 1 joueur=1 licence avec effectivement une obligation de moyens (diffusion d’info, communication envers les joueurs).

Mais quand un club propose des formules d’adhésion à l’année pour la pratique d’un sport, il parait normal d’y inclure la licence (qui va en outre servir à couvrir le joueur en cas d’accident). La personne qui souhaite s’amuser en pratiquant le squash en loisirs, qui prend une formule à l’année car ça lui coûte moins cher, a bien l’intention de venir régulièrement ? donc elle doit être licenciée, pour elle et pour le club (cf ci-dessus en cas d’accident). Or je suis persuadée que beaucoup de structures comme Moving par exemple sont ravies de voir le nombre de joueurs augmenter pour une amélioration du CA et se fichent royalement de l’engagement fédéral. Or ce n’est pas normal puisque la structure accepte de recevoir une association donc elle s’engage dans un processus… sinon elle n’accueille pas d’association, ne veut pas « s’embêter » avec la compétition et auquel cas, l’asso doit effectivement se tourner vers une autre structure.

Nous sommes hébergés par une structure privée, nous payons nos locations de courts, en contre partie le club fait le nécessaire pour que nous soyons en mesure d’accueillir une compétition fédérale- Critérium ou tournois !

Je suis d’accord sur le principe que seul le président de l’asso a pouvoir sur l’organisation du critérium et que la part et le rôle attribués aux capitaines d’équipe est source de problème. Heureusement cette année les outils mis en place par la ligue ne permettent pas aux capitaines d’inscrire un joueur non licencié par exemple.

Je ne souhaite pas m’associer à votre contestation car je trouve anormal que le règlement ne soit pas respecté.

Et je trouve que c’est encore pire quand je lis les actions envisageables ? Sommes-nous dans un pays de voyous ? mentir, se mettre d’accord pour refuser je ne sais quoi, faire de fausses licences ( !!!), faire un classement parallèle …. mais où va-t-on ????

Je comprends bien que l’avenir de la compétition est entre nos mains mais pitié, en de bonnes mains. Pourquoi faut-il toujours entendre qu’il faut « arranger sa sauce » comme on le souhaite ?? si on veut devenir un sport connu, reconnu et pourquoi pas médiatique, faisons en sorte de balayer devant notre porte et de faire que nous soyons réglos et pas comme je peux le lire sur la fin de votre email, adopter un comportement de voyou pour faire comme bon vous semble. Je trouve ça vraiment déplorable et ce genre de chose – à si petite échelle que l’on soit – ne contribue pas à nous montrer sous le meilleur angle et à sortir grandi de cette situation.

Je serai malheureusement absente lundi soir à Vincennes et je le regrette bien fortement car j’espère…j’espère sincèrement que je ne suis pas la seule à penser comme ça.

J’espère que vous trouverez une solution pour continuer le critérium dans un club hôte associé car l’objectif principal n’est pas de faire polémique mais bien de favoriser la compétition et donc la poursuite de celle-ci sur cette année et les saisons prochaines.

Sportivement,

Christel PLOTIN

Présidente AS Squash 95




20-01-2012 à 18:25:07
REPONSE DU MOVING EN ROUGE

Madame,

Permettez moi de répondre a votre mail et de corriger certains points. Mes réponses (en rouge) sont insérées dans votre texte.
Vous allez voir que finalement nos avis ne divergent pas tant et que l'un comme l'autre nous voulons le bien du squash et pouvoir continuer a pratiquer ce sport que nous aimons.
Cordialement
Alain SUREAU


Le 19 janv. 12 à 19:51, AS Squash 95 a écrit :

> Bonjour à tous,
>
> Non, je ne sais pas que la FFS a refusé la convention club associé à certains clubs hôtes. J’ai lu le formulaire à remplir par les clubs pour être considérés comme clubs hôtes auprès de la structure fédérale et j’ai bien noté que c’est aussi sur l’avis du Président de la Ligue que la FFS accepte ou pas la convention. Je sais que c’est aussi une démarche volontaire de la part du club, je n’ai lu nulle part que la FFS obligeait les structures à s’affilier.

Effectivement c'est une démarche volontaire du club (bien souvent une structure privée en France) de même que la prise ou non d'une licence par un joueur régulier ou occasionnel est une démarche volontaire (cf statuts de la FF Squash (Titre II: La licence; la "licence marque une adhésion VOLONTAIRE de son titulaire a l'objet social ainsi qu'aux statuts et règlement de la FFSquash").
Pour les structures privées, avec lesquelles je n'ai strictement aucune accointances, la prise de convention club affilié n'apporte aucun avantage voire plutôt des obligations qui ne font pas forcement bon ménage avec le souci de rentabilité et de gestion. Ces structures ne s'affilient bien souvent que pour permettre à l'association/équipe qu'ils hébergent (souvent a perte) de pouvoir participer à la compétition (critérium en autre)

>
> Heureusement quand même pour le squash français et francilien en particulier, il y a plus de clubs associés et d’associations affiliées – donc dans les clous – que d’autres.

Malheureusement non je suis contraint de corriger votre optimisme. En Ile de France seuls 30 club sur 62 (soit 48%) sont affiliés a la FF Squash. Dans le 95 il n'y a que 2 clubs affiliés !!! En France la moyenne du nombre de clubs affiliés versus le nombre total de club tombe à environ 40 %. Les clubs affiliés sont consultables sur le site de la FF Squash (http://www.ffsquash.com/squash/ou-pratiquer/) et le nombre de clubs par région est consultable a cette adresse : http://www.squash-contact.com/clubs.php

>
> Je ne comprends pas qu’en janvier on soit obligé de discuter de ce genre de choses !!!
> - Club associé : retour de la convention signée avant le 15 juin 2011 pour la saison 2011-2012
> - Association affiliée : document à retourner en juillet au plus tard pour la saison suivante
> - Inscriptions des équipes au Critérium Ile de France : cette saison – le 6 septembre 2011. Dans ledit document, il est demandé à l’association de bien vérifier que tout est en règle : affiliation, licence compétition des joueurs concernés ET homologation et affiliation du club hôte.

Moi non plus, manifestement la FF Squash a due accorder a certains clubs un délai pour réaliser l'objectif de ventes de licences, reportant la décision d'affiliation à fin Novembre. Personnellement, j'aurais préféré que cela soit oui ou non depuis fin juin comme cela on aurait su a quoi s'en tenir et quoi faire au lieu de nous laisser commencer la compétition comme si tout était OK.

>
> Dans ce cas, où est le problème ? pourquoi est-ce qu’en janvier la majeure partie de la poule 4D soit en dehors du règlement ?

Il n'y a pas que dans la poule 4D, dans la poule 4B l'équipe de Franconville (pas si loin de chez vous) est manifestement dans le même cas.
>
> Je suis présidente de l’AS Squash 95 depuis 4 ans seulement. Mon engagement dans la vie associative et dans le monde du squash est récent mais depuis toute petite, on m’a appris à respecter les règles. Et c’est applicable pour tous les domaines y compris le sport et le squash en particulier. J’ai l’impression qu’il y a dans le squash une culture du « on s’arrange comme on veut, on fait comme on veut »…bah non !

A l'inverse mon engagement dans la vie associative et fédérale n'est pas récent , étant moniteur fédéral de deux fédérations sportives, membre du bureau de 2 associations sportives et ancien capitaine de notre équipe de squash, je connais bien le milieu associatif et fédéral sportif que je respecte et sers avec passion. Je comprends et j'adhère personnellement plus que quiconque au principe de la licence (étant moi-même licencié de 3 fédérations sportives) mais j'adhère aussi et surtout au principe de liberté (si souvent bafouée de nos jours ) celle la même rappelée dans les status de la FF Squash : (Titre II: La licence; la "licence marque une adhésion VOLONTAIRE de son titulaire a l'objet social ainsi qu'aux statuts et règlement de la FFSquash"). Quand au respect des règles que vous évoquez , notre ASSOCIATION est en règle et aucun règle n'a été par notre association ni par aucun des ses membres puisque je le répète tous nos membres sont licenciés. Nous voulons juste nous faire plaisir en jouant au squash si possible en compétition mais pas a n'importe quel prix. C'est justement mon affiliation a deux autres fédérations sportives dans lesquelles je n'ai jamais vu pareils agissements qui me poussent a réagir. Personne ne conteste la réalité du problème de la baisse des fonds alloués aux associations et fédérations sportives et le principe de reconnaissance par le nombre de licence (bien que n'étant pas souvent corrélé aux nombre de pratiquants réels), c'est la manière choisie pour faire augmenter le nombre de licences que nous contestons.
Quand aux arrangements dont je ne peux pas vous dire plus pour ne pas mettre en porte à faux a ceux qui m'ont renseigné je suis moi-même scandalisé et opposé aux arrangements auxquels certains clubs ont eu recours pour pouvoir être affilié.


> Quand vous disputez une compétition fédérale, il y a des règles à respecter – simples – comme par exemple l’ordre des matches, être licencié fédéral, avoir un certificat médical... Quand vous faites de la compétition et que vous prenez une licence fédérale, vous ne faites pas de la « compétition amateur » comme j’ai pu le lire sur un email précédent. On fait de la compétition ou du loisirs mais pas un mélange des deux.
> Vous avez engagé une équipe (ou plusieurs) dans une compétition fédérale, vous devez respecter les obligations de cette compétition fédérale.
> A Squash 95, nous avons 10 équipes en Critérium…. 10 ! 8 chez les hommes et 2 chez les femmes. Que se passe-t-il si nous nous mettons à faire n’importe quoi ? ne pas licencier les joueurs, ne pas renvoyer l’affiliation ? ne pas avoir de courts disponibles pour accueillir les équipes rencontrées ?

Ce dernier point n'est jamais arrivé chez nous et je le répète une dernière fois tous les joueurs de notre équipe organisé en association ont une licence "compétition". Mais on ne peux quand même pas forcer les joueurs occasionnel a prendre une licence (acte volontaire ....) sous prétexte qu'ils veulent essayer le squash 1 fois ou 2 par mois pour changer du RPM, de la Danse , du tennis , du badminton, de la musculation, de l'aquagym qu'ils pratiquent aussi au Moving sans pour autant avoir une licence dans chacun des sports mentionnés avant

> Nous avons tout mis en œuvre et travaillons de concert avec notre club hôte pour que tout soit ok. Pourquoi devrions-nous , NOUS, être pénalisés parce que vous n’êtes pas en accord avec le règlement ? la compétition est organisée sous le couvert de la ligue Ile de France et sous l’égide de la F.F. Squash. Pourquoi devrais-je prendre beaucoup de temps à faire le nécessaire au niveau administratif si je trouve en face de moi des personnes qui ne respectent pas le minimum d’engagement ?
> Cette convention n’est pas nouvelle… si vous participez à la compétition depuis qq années déjà, ceci n’est pas nouveau pour vous – ni pour le club hôte – SAUF….si le club n’a jamais rempli sa mission de « partenaire ».
> La FFS demande à ce qu’on tende vers 1 joueur=1 licence avec effectivement une obligation de moyens (diffusion d’info, communication envers les joueurs).

Je ne vous le fait pas dire, ("diffusion d'info et communications envers les joueurs") il s'agit bien d'une obligation de moyen qui se traduit dans le texte (que signe les dirigeants des structures cf ci-dessous) par une obligation d'affichage et d'information (présenter et promouvoir les avantages des licences):
"3-1 Licencier ses pratiquants
Le "club affilié devra mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour atteindre l'objectif suivant :
1 joueur = 1 licence
A cette fin il s'engage a présenter et promouvoir les avantages et les spécificités propres aux différentes licences fédérales a tous ces pratiquants. "
Nous avons invité les dirigeants de la FF Squash à venir vérifier que cette obligation d'affichage et d'information était bien remplie au Moving.
Il faut croire que vous êtes plus persuasive ou que les adhérents du val d'Oise ont un esprit moins consommateur et fédéral plus développé que dans l'Essonne ou peut être (je ne connais pas du tout votre structure) ne viennent ils chez vous que pour faire du squash auquel cas la donne est complètement différente et auquel cas la structure peut se permettre d'imposer une licence comme le ferait légitimement une association sportive orienté sur la pratique d'un seul sport.


> Mais quand un club propose des formules d’adhésion à l’année pour la pratique d’un sport, il parait normal d’y inclure la licence (qui va en outre servir à couvrir le joueur en cas d’accident). La personne qui souhaite s’amuser en pratiquant le squash en loisirs, qui prend une formule à l’année car ça lui coûte moins cher, a bien l’intention de venir régulièrement ? donc elle doit être licenciée, pour elle et pour le club (cf ci-dessus en cas d’accident).

Il est important de ne pas faire l'amalgame entre les structures ne proposant que du Squash et ou l'on peut comprendre que la licence fasse partie d'un package "adhesion" et les structures proposant de très nombreuses activités (de la musculation à l'aquagym et passant par le Bad, le tennis, le squash, la danse, le RPM ....) et ou vous admettrez qu'il est impossible d'imposer une licence a chaque adhérent dans chacune des activités qu'il peut pratiquer librement dans ce type de structure.
Je ne suis pas spécialiste en assurance mais il me semble que la possession d'une assurance en responsabilité est obligatoire même en absence de toute pratique sportive et que la grande majorité des assurances habitations couvrent la responsabilité civile du souscripteur et que nombreux sont ceux qui possèdent une assurance complémentaire les couvrants pour tous les pratiques sportives.


> Or je suis persuadée que beaucoup de structures comme Moving par exemple sont ravies de voir le nombre de joueurs augmenter pour une amélioration du CA et se fichent royalement de l’engagement fédéral. Or ce n’est pas normal puisque la structure accepte de recevoir une association donc elle s’engage dans un processus… sinon elle n’accueille pas d’association, ne veut pas « s’embêter » avec la compétition et auquel cas, l’asso doit effectivement se tourner vers une autre structure.

> Nous sommes hébergés par une structure privée, nous payons nos locations de courts, en contre partie le club fait le nécessaire pour que nous soyons en mesure d’accueillir une compétition fédérale- Critérium ou tournois !
>
>
> Je suis d’accord sur le principe que seul le président de l’asso a pouvoir sur l’organisation du critérium et que la part et le rôle attribués aux capitaines d’équipe est source de problème. Heureusement cette année les outils mis en place par la ligue ne permettent pas aux capitaines d’inscrire un joueur non licencié par exemple.
> Je ne souhaite pas m’associer à votre contestation car je trouve anormal que le règlement ne soit pas respecté.

Notre association (équipe) qui est la seule a pâtir de cette situation respecte tous les règlements.

> Et je trouve que c’est encore pire quand je lis les actions envisageables ? Sommes-nous dans un pays de voyous ? mentir, se mettre d’accord pour refuser je ne sais quoi, faire de fausses licences ( !!!), faire un classement parallèle …. mais où va-t-on ????
> Je comprends bien que l’avenir de la compétition est entre nos mains mais pitié, en de bonnes mains. Pourquoi faut-il toujours entendre qu’il faut « arranger sa sauce » comme on le souhaite ?? si on veut devenir un sport connu, reconnu et pourquoi pas médiatique, faisons en sorte de balayer devant notre porte et de faire que nous soyons réglos et pas comme je peux le lire sur la fin de votre email, adopter un comportement de voyou pour faire comme bon vous semble. Je trouve ça vraiment déplorable et ce genre de chose – à si petite échelle que l’on soit – ne contribue pas à nous montrer sous le meilleur angle et à sortir grandi de cette situation.

Nous n'avons fait que lister les propositions entendues a gauche et a droite et qui témoignent du mécontentement général (en tout cas dans le sud est de l'île de France).
En tout cas il est toujours agréable de se faire traiter de voyous, surtout quand on essaye juste de défendre poliment notre droit a jouer et a finir la compétition commencée.
Otez moi d'un doute, on est encore en démocratie ?
Il n'y a pas besoin d'être devin ou cadre sportif pour anticiper quelle sera la conséquence de cette politique de subordination de l'attribution des conventions clubs affiliés à un objectif de vente de licences, beaucoup de structures privées (y voyant plus d'inconvénients que d'avantages ) ne demanderons pas leur convention club privant ainsi les équipes et leurs joueurs de lieu de pratique déjà si rares en France (comme en Bretagne ou seulement 4 clubs sur 18 sont affiliés = 22%) J'en suis le premier désolé !!! Et croyez vous vraiment que la majorité des joueurs qui ne pourrons plus participer a la compétition reprendrons une licence. Permettez moi d'en douter.

>
> Je serai malheureusement absente lundi soir à Vincennes et je le regrette bien fortement car j’espère…j’espère sincèrement que je ne suis pas la seule à penser comme ça.
>
> J’espère que vous trouverez une solution pour continuer le critérium dans un club hôte associé car l’objectif principal n’est pas de faire polémique mais bien de favoriser la compétition et donc la poursuite de celle-ci sur cette année et les saisons prochaines.

J'espères aussi mais soyons réalistes, comment voulez faire jouer le Jeudi la totalité des rencontres sur moitié moins de courts ( c'est le cas dans notre Poule)?. Et ne parlons pas des cas ou les 2 équipes devant se rencontrer ont toutes deux perdu leur convention. Allons nous réellement trouver un Club Affilié à proximité qui nous permette de jouer notre rencontre sans surcoût financier pour nous et qui plus est au dépend des joueurs "individuels" payant le court a l'heure (probablement les seuls vraiment rentable pour la structure ou club privé) ?



  • Liens sponsorisés